Une cale de sciage toujours à portée de main !

Pour être efficace, limiter l'usure de la lame et économiser le moteur, vous devez toujours avoir à proximité de votre scie un ou deux coins prêts à servir… Inutile de courir dans tous les coins pour trouver le coin qui convient !

  • Toutes les personnes qui délignent leurs plateaux de bois massif se sont retrouvées au moins une fois devant ce cas de figure : le plateau entaillé sur quelques centimètres se resserre sur le couteau diviseur situé à l'arrière de la lame. Impossible d'avancer ou de reculer sans forcer, la lame chauffe et le moteur peine. Le remède tient en un simple coin de bois dur, relativement effilé, que l'on enfonce derrière le capot protecteur de manière à libérer la pression.


Vos commentaires

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire
marcos 24/01/2013 18h37

Cela m'est déjà arrivé plusieurs fois avec de grosses sections de bois : grosse surchauffe machine... le temps de trouver ma cale bisautée (je connaissais) et c'était reparti ! Cette astuce est vraiment indispensable. Merci de l'avoir partagée.

Christophe Laha... 25/01/2013 09h20

C'est vrai marcos que l'astuce n'est vraiment efficace que si l'on n'a pas besoin, comme le dit Jean Noël, de "courir dans tous les coins pour trouver le coin" ! Cette cale doit absolument avoir sa place à portée de main, près de la scie. Moi je l'accroche avec les poussoirs. Dans le cas contraire, arrêtez la machine le plus vite possible pour éviter l'échauffement de la lame. Bon débit.

TiBois 04/11/2017 14h13

Ceux qui ont déjà travaillé le mélèze connaissent la nervosité de ce bois que même un bridage sur plusieurs dizaines d'années ne peut juguler.
Cela m'est arrivé en délignant du mélèze en 65mm !!! Le truc donné ici, applicable dans la majorité des cas, ne l'était pas en la circonstance car le resserrement s'est produit avant même la sortie du couteau diviseur !!!!
Bien entendu, immédiatement "arrêt coup de poing". Ensuite j'ai désengagé le plateau et décalé le trait de sciage de quelque millimètres pour permettre le passage du couteau diviseur. Par la suite la méthode proposée reste applicable !

Hugues Hovasse - BLB 08/11/2017 16h40

Voilà le genre de frayeur qui rappelle que le bois est un matériau vivant, et qui prend de nombreuses formes en fonction des essences, de la pousse de l'arbre, de l'état de séchage… Votre expérience prouve qu'il faut toujours être vigilant. Merci de l'avoir partagée.